la fin des années 90, l’humour réaliste et de situation à la française fait profil bas. La sectorisation des genres et l’avènement de la génération Canal + pendant plus de dix ans ont ainsi vu l’hégémonie d’un comique créatif, fantasque et résolument absurde. L’humour estampillé des Nuls, de De Caunes et Garcia ou des Guignols, sera donc la nouvelle norme et référence d’une nouvelle vague de comiques, en opposition aux comiques dits classiques (la génération de La Classe avec Jean-Marie Bigard, Pierre Palmade, et Muriel Robin), et fait place à un humour alternatif : la « Dream Team » de H avec Jamel, Eric et Ramzy ; les Robins des Bois ; Kad et Olivier…

En 1999, sort la première saison d’Un Gars Une Fille, adaptée d’une création québécoise de Guy A. Lepage. Inventive, fondamentalement diverstissante, réaliste et absurde, Un Gars Une Fille est l’équilibre parfait entre l’humour déjanté de Canal et le comique traditionnel incarné à l’époque par le succès d’Ils s’aiment avec Pierre Palmade et Michèle Laroque. A sa tête : Jean (Dujardin), symbole du beauf, caricature du trentenaire contemporain, macho, lâche, égoïste et prétentieux, devient une des icônes du paysage audiovisuel français. Toutes proportions gardées, Un Gars Une Fille a probablement provoqué en France, le même effet que le The Office de Ricky Gervais et Stephen Merchant ont eu sur la série moderne ;  satires contemporaines et réalistes, puisant dans la transposition du quotidien, parfois grinçant, parfois désarmant, souvent furieusement drôle.

Jean Dujardin en Jean est la personnification de cet humour du milieu, genre populaire qui a le mérite de s’adresser à une frange (on rit parce que l’on comprend la situation) plus qu’à une division (on rit parce que l’on partage les mêmes références). Ce rôle permettra surtout à Dujardin de poser la brique de base de l’humour des années 2000, revenu à un situationnisme ancré dans le commun et l’ordinaire. Le personnage de Jean sera également le retour du bon beauf en France, tolérable et pas méchant, genre un peu laissé en friche depuis la troupe du Splendid – de Dubosc à Bref – pour aboutir au chef-d’œuvre comique d’OSS 117, immortalisé par le désormais incontournable, et très franchement irremplaçable, Jean Dujardin.

Un Gars, Une Fille 
Créée par Guy A. Lepage
Diffusée sur France 2 (1999-2003)

Nous inaugurons une nouvelle série d’articles consacrés aux séries TV, avec des portraits de personnages inoubliables, iconiques, et fondamentaux. Ces figures emblématiques concrétisent les idées, les concepts, les dialogues qui construisent au fil de chaque épisode l’identité et la singularité des séries qui les englobent. Chaque vendredi, un personnage d’une série fétiche sera décliné dans SurePost.

Le secret de la longévité et du succès de Friends aura été son évident talent comique, situationniste, souvent absurde, mais à la qualité constante. La cohésion du groupe, la balance parfaite entre les protagonistes, le charisme naturel de chaque Friends. Pourtant, ce qui fait l’unicité de cette série générationnelle est la qualité d’écriture des deux créateurs de la série, et amis de longue date, David Crane et Marta Kauffman. Car au centre des thématiques évoquées par Friends demeurent cette constante glorification et fascination du quotidien de six jeunes adultes aux vies très banales, calqué sur Seinfeld, et cet existentialisme sous-jacent quant aux différentes couches sociales concentrées autour de ce cercle immuable : questionnement sempiternel du couple, évolution humaine et sociale, place de l’individu dans la société et dans le monde du travail.

          En cela, Ross Geller est la figure emblématique de cette génération décrite par Crane et Kauffman. Génération non pas perdue, mais en quête de sens, insouciante, tâtonnant et expérimentant, prenant décisions irréversibles et se heurtant au hasard du quotidien ; pour finalement se laisser emporter par le cours naturel d’une vie. Dans Friends, chacun essaie tant bien que mal de se faire sa place dans la société : Rachel souhaite être indépendante, Monica veut être en haut de l’échelle, Joey veut être connu, Chandler souhaite devenir responsable, Phoebe veut vivre libérée. Seul Ross demeure tout du long de la série le Friends le plus largué de toute la bande. Se définissant comme un bon père de famille, il aura pourtant été divorcé trois fois ; cultivé et responsable, il n’en est pas moins le plus vulnérable d’entre tous. Son histoire avec Rachel invoque d’ailleurs l’empathie, de ses sentiments gardés secrets pendant des années, jusqu’au pas en arrière effectué pour laisser place à Joey.

          Ross incarne l’esprit de Friends, en étant celui qui subit le plus les aléas de son existence. En constante contradiction, à la fois terre-à-terre et absurde, romantique et vaniteux, érudit et irréaliste, il aura pendant dix ans été le personnage de Friends le plus réaliste de tous. Sans Ross Geller, pas de J.D. Dorian (Scrubs), pas de Ted Mosby (How I Met Your Mother), ni de Jim Alpert (The Office). Ce n’est pas pour rien que l’histoire Ross et Rachel aura été l’un des symboles majeurs d’une génération en quête de sens ; il s’agit de l’apogée d’une vision post-génération X représentée également par Seinfeld ou Dream On (précédente série de Crane et Kauffmann), où les perspectives floues du futur ne sont plus craintes. Ross, icône du common guy, finira finalement avec la fille qu’il a toujours aimé, comme une évidence certaine et inévitable, vision ésotérique et optimiste du cours d’une vie.

Friends 
Créée par David Crane et Marta Kauffman
Diffusée sur NBC (1994 – 2004)